Propositions et publications

Proposition de taux d'actualisation et de multiples de valorisation des PME en France

La première proposition est d'apporter une aide aux professionnels financiers qui valorisent des entreprises en ayant recours aux cash-flows prévisionnels. Comme il s'agit de prévisions, il est nécessaire d'actualiser les cash-flows futurs pour prendre en compte ce que l'on appelle : « le prix du temps ».
Quel taux d'actualisation retenir pour ces entreprises, alors qu'il n'existe pas de référentiel adapté observable sur le marché ?

La seconde proposition des experts est d'apporter une aide aux professionnels lorsqu'ils valorisent les entreprises en utilisant, cette fois, l'approche par les multiples de valorisation. La question que se posent les professionnels est la suivante : quel multiple doit-on retenir pour une entreprise non cotée ?
Le plus souvent, pour déterminer ces multiples de valorisation, directement applicables aux agrégats de résultats de l'entreprise, les professionnels prennent appui sur des panels d'entreprises cotées, sur lesquels ils relèvent les multiples de valorisation.
Puis, faute d'informations, ils ajustent les multiples obtenus, mais en le faisant « au doigt mouillé » ou en fonction de leur expérience, pour refléter au mieux la réalité de la PME.
Les experts de la CCEF proposent, par secteur d'activité et par taille, les multiples de valorisation qu'il convient de retenir, en prenant en compte d'une part les risques de non-négociabilité des titres et d'autre part le risque de taille.
Ces multiples de Marge Brute d'Exploitation ajustés, sont appliqués aux données de l'entreprise, et permettent d'aboutir à une seconde valorisation du portefeuille des actifs pris dans leur ensemble.

Un observatoire mis à jour deux fois par an

Les deux propositions faites par le groupe des experts sont-elles immuables à travers le temps ? La réponse est, bien évidemment « non », pour la simple raison que le point de départ de leurs réflexions, réside dans une observation attentive des données du marché qui, par nature, évoluent en permanence, en fonction du dynamisme des marchés financiers et des risques anticipés sur ces mêmes marchés, y compris les risques propres à la France.La CCEF entend ainsi mettre à jour les données de valorisation en créant un « observatoire de la valorisation des PME non cotées ».Les données seront mises à jour deux fois par an par la CCEF, permettant ainsi aux entreprises et à leur conseils de disposer d'outils tenant compte de la conjoncture économique et des risques pesant sur les marchés.

Les publications

Janvier 2017 - Note méthodologique                        Juin 2017 - Mise à jour des données

CONVERGENCE CouvHS 19-BD OK

                                                  En cours

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acheter les publications

ence de données de prix pour les PME non cotées en France

Pour les sociétés offrant au public leurs titres financiers, on dispose de données permanentes de prix qui serviront à déterminer leur valeur. La bourse est en quelque sorte pour elles un observatoire permanent.

Pour les sociétés non cotées, PME/PMI et Etablissements de Taille Intermédiaire, il n’y a pas d’équivalent et l’on ne dispose d’aucun repère sur la valeur de ces entreprises.

La Compagnie des Conseils et Experts Financiers (CCEF) annonce la création d’un « observatoire de la valeur des entreprises non cotées en France », suite à l’étude qui lui a été remise par le groupe de travail constitué à cet effet, composé de quatre experts financiers qu’elle a désignés. Ces experts ont fait deux propositions que la CCEF entend bien mettre en œuvre dès 2017.

Proposition de taux d’actualisation et de multiples de valorisation des PME en France

La première proposition est d’apporter une aide aux professionnels financiers qui valorisent des entreprises en ayant recours aux cash-flows prévisionnels. Comme il s’agit de prévisions, il est nécessaire d’actualiser les cash-flows futurs pour prendre en compte ce que l’on appelle : « le prix du temps ».

Quel taux d’actualisation retenir pour ces entreprises, alors qu’il n’existe pas de référentiel adapté observable sur le marché ?

Partant de données réelles de marché, les experts de la CCEF fournissent dans leur étude une méthodologie qui permet de calculer, en fonction :

- du secteur d’activité (l’économie Française a été scindée en 17 secteurs d’activité),

- de la taille de l’entreprise (mesurée par son niveau de Marge Brute d’Exploitation)…

.. les taux qu’il convient d’appliquer pour actualiser les cash-flows futurs.

Pour parvenir à ce résultat, les experts de la CCEF ont mesuré, grâce aux données de marché, le lien qui existe entre la taille d’une entreprise et le risque associé à ce critère, partant du postulat qu’une petite entreprise est a priori plus vulnérable aux aléas du marché (par une moindre diversification de sa clientèle et par un moindre accès aux marchés internationaux) qu’une grande entreprise. Ce risque de taille, les experts l’ont traduit par un taux additionnel qui vient accroître le taux d’actualisation et donc impacter négativement la valeur des entreprises.

Cette donnée stratégique ainsi mesurée, le taux d’actualisation, traduit deux risques essentiels qui sont caractéristiques de la PME, son ADN en quelque sorte :

- le risque lié au caractère non-négociable des titres d’une entreprise qui par nature, n’a pas accès au marché financier. Cette non-négociabilité a été mesurée,

- le risque lié à la taille : plus l’entreprise est de taille importante, plus ce taux a tendance à diminuer et inversement.

Le taux d’actualisation ajusté appliqué à chacun des cash-flows futurs, donne la valeur du portefeuille des actifs (y compris incorporels) de la PME.

Recherche
Connexion

Agenda se_module_calendrier_116 - style=default - background=
<<   201607<20176 juillet 2017 >20178   >>201807
lu ma me je ve sa di
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
116201707